Par Rousslane,

DECOUVERTE DU STRUTHOF:

Dans le cadre d’un EPI sur le fascisme et la résistance, regroupant les matières de français, d’histoire, d’italien, d’allemand et de musique. Le jeudi 2 mai, les élèves de notre collèges François Rabelais avec les classes de 3°4 et de 3°2 ont embarqué dans le bus avec nos professeurs en direction du camp de travail historique du Struthof à Natzwiller et une ville, Obernai, une petite bourgade en Alsace.

En effet apres avoir parcouru quelque centaine de km, on s’est donc arêttés à Aubernai vers environ 11h et ont a pu explorer le centre ville en totale libérté pendant une petite heure en mangeant notre repas tirés du sac. Le centre ville typiquement Alsacien, a été une belle expérience, ont a pu voir des chose comme : une église, des places, et de belles rue pitoresque.

Même si nous n’avons pas apprecié les 6h d’aller-retour du trajet avec le bus, nous sommes arrivés à bon port ! On s’est plongé malgré tout dans l’ ambiance du camp, on aura même pu remarquer que les oiseaux ne chantaient pas. Dès le débuts nous avions bombardés Mr Anki de de diverses questions sur l’origine du camp.

L’entrée du camp

Après être rentrés dans le Struthof nous avons pénétrés dans une sorte de musée improvisé, avec diférentes archives de l’époque du lieu, tels que des lettres d’anciens dirigeant allemands, des objets de torture ou d’ancien croquis mettant en scènes des

éxécutions ou des moments de prisonniers… Il y’avait également des lits en bois, bien abimés par le temps. Ou encore comme on a pu en constater des “cellules” de prisonier très petites, où l’on pouvait à peine faire quatres pas… Un barraquement été réservé pour les victimes atteinte par le typhus, de sombrent expériences ont été menée sur des cobayes en echange de plus de rations…

Dehors l’aspect est grandement morbide, vers les environs de l’entrée on pouvait apercevoir une potence, là ou les prisonniers récalcitrants été exécutée sans pitié. A se qu’on pourait penser le camp n’est pas si grand que ça. Au niveau des protections, il y a des barrières de barbelées avec des tours de gardes pour suveiller les détenus. Le struthof est construits sur une pente comme on peut le voir sur la 1ère photo à droite.

Plusieurs anneés après, le site à reçu de

nombreux hommages, notamment par le Président de la République François Hollande, qui a visité durant son mandat, le site. Des monuments ont été construit comme cette “tour”. Le camps malgré tout nous réserve de nombreuse surprise…”